Ce qui a changé au 1er janvier 2018

 

Hausse de la CSG mais baisse des cotisations sociales

 

L’augmentation de +1,7 points de la CSG est confirmée. Cela fait partie des mesures clés du programme du président de la république, Emmanuel Macron. La CSG, ou contribution sociale généralisée, s’applique à toutes les différentes catégories de revenus, que ce soit du salaire, une pension de retraite, des revenus du capital, plus valus mobilière et immobilière, etc.

En parallèle, les cotisations salariales concernant le chômage et la maladie vont baisser ce qui se traduira au global par une hausse des revenus nets des personnes en activités d’environ 250€ par an pour une personne touchant le SMIC et 900€ par an pour un cadre payé 5’000€.

 

Attention, les retraités vont souffrir de cette réforme car eux ne paient pas de cotisations salariales et vont donc payer le taux plein de la CSG. En réponse à cela, le gouvernement a prévu la suppression de la taxe d’habitation.

 

Augmentation du prix du gaz

 

La hausse du tarif règlementé du gaz naturel (TRV) associé à la hausse de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN) pour 2018 feront flambés la facture de gaz d’environ +6,9%.

 

La fin des cotons tiges en plastiques

 

Depuis le 1er janvier 2018, en vertu de l’application de la loi Biodiversité, la vente de cotons tiges en plastique est interdite.  Cette loi ne concerne que ceux à destination des particuliers, ceux réservés à l’usage médicale restent autorisés. La raison de cette mesure ? La trop grande quantité de déchets qu’on retrouve en majorité sur les plages.

 

Pour ceux qui se demandent comment dès lors se nettoyer les oreilles, les cotons tiges biodégradables restent eux disponibles sur le marché bien que les oreilles soient des organes qui s’auto nettoient.

 

11 vaccins obligatoires au lieu de 3

 

Tous les nouveaux nés seront vaccinés avec 11 vaccins obligatoires contre 3 auparavant. Le fait de refuser de vacciner ses enfants n’est pas réprimandable mais empêcherait l’acceptation des enfants non vaccinés dans les collectivités (crèche ou école). Cette mesure n’est pas rétroactive, et ne concerne que les naissances depuis le 1er janvier 2018.

 

 

La fin des publicités pendant les programmes jeunesses

 

Pour continuer la lutte contre l’obésité infantile, les publicités seront désormais interdites jusqu’à 15 minutes avant, pendant, et après les émissions destinées au public jeune (moins de 12 ans). Cette mesure s’applique depuis le 1er janvier 2018 et concerne uniquement les chaines publiques (groupe France Télévisions).

 

Augmentation du forfait hospitalier

 

Le forfait hospitalier passe à 20€ soit une augmentation de 2€ qui est pris en charge pour les personnes ayants une mutuelle.

 

Augmentation des gratifications de stages

 

Cette année 2018 arrive avec une hausse de la gratification minimale pour un stage à temps plein. Cette hausse s’établit désormais à 577,50€ par mois. Il est utile de rappeler que cette gratification est obligatoire pour tout stage d’une durée supérieur à 2 mois.

 

Les villes décident du montant des amendes de stationnement

 

Cette année, les forfaits pour dépassement de stationnement seront établis par chaque ville. La ville de Lyon fait partie des plus onéreuses avec 60€ de redevance au lieu de 17€ et certaines villes ont décidés de réduire le montant comme Castre où le dépassement vous coutera 10€.

 

Augmentation du carburant

 

Vous l’avez peut-être déjà constaté et non ce n’est pas une erreur ou la station-service qui a augmenté ses prix. C’est bel et bien une décision du gouvernement d’augmenter les taxes sur les carburants en surtaxant le Gasoil. Ce dernier a pris au 1er janvier 7,6 centimes par litre et l’essence lui 3,84 centimes par litre. Il est utile de rappeler que la fiscalité du gasoil est plus faible que celle de l’essence mais plus pour très longtemps. En effet, le gouvernement entend aligner la fiscalité du gasoil sur celle de l’essence pour 2021.

 

Pour info, en juin 2017, pour 100€ de diesel payés à la pompe, c’est environ 70€ qui vont dans les caisses de l’état et seulement 30€ de carburant. Cet écart s’expliquant par les différentes taxes pesant sur le carburant.

 

Une prime « à la casse » de 1’000€ pour l’achat d’un nouveau véhicule

 

Tous les propriétaires de véhicules essence immatriculé avant 1997 ou diesel immatriculé avant 2001 peuvent toucher cette prime s’ils vendent leur véhicule pour acheter un véhicule neuf ou récent respectant certains critères de pollutions.

 

La hausse du prix du timbre postal

 

Les tarifs de la Poste sont revalorisés chaque année. Et pour 2018, le timbre prioritaire (rouge) passe de 85 cts à 95 cts soit une hausse fulgurante de 11,6%. Le prix du timbre ordinaire (vert) augmente quant à lui de 9,6% passant de 73 cts à 80 cts.

 

Mise en place de la flat tax

 

L’instauration de cette taxe faisait partie des mesures phares sur le budget du gouvernement pour 2018. Le prélèvement forfaitaire unique ou PFU est entré en vigueur au 1er janvier 2018 et concerne tous les revenus du capital. Cette flat taxe de 30% est en réalité décomposé avec une part de 12,8% d’impôt sur le revenu et les 17,2% restants sont des prélèvements sociaux.

Les livrets qui en sont exempts sont les suivants :

-Livret A

-Livret de développement durable ou LDD

-Livrets jeunes

-Livrets d’épargnes populaires ou LEP

 

Hausse du SMIC

 

Cette année le SMIC croît de +1,24% et frôle les 1’500€ passant de 1'480,27€ à 1'498,47€ mensuels pour un temps complet soit 35 heures.

 

Hausse du prix des cigarettes en mars de 1,10€

 

La hausse prévue du paquet de cigarette pour mars 2018 devrait en effrayer plus d’un. En effet, le gouvernement a prévu un paquet à 10€ pour 2020 sous formes de plusieurs augmentations successives. Cela commence ainsi au mois de mars prochain avec une hausse de 1,10€ sur les paquets.

 

Taxe d’habitation

 

Cet impôt jugé « injuste » devrait totalement disparaitre en 2020. Ainsi, le contribuable payant 600€ habituellement n’en payera plus que 400€ pour 2018, 200€ pour 2019 et enfin 0€ pour 2020, d’après les propos tenus par Le ministre de l'Action et des Comptes publics Mr Darmanin Gérald.

 

Fin de l’ISF

 

L’impôt sur la fortune est supprimé et remplacé par un impôt sur la fortune immobilière. Le principe et le barème reste le même à la différence qu’est comptabilisé dans cet impôt uniquement le patrimoine immobilier. Les actions et autres valeurs mobilières ne sont ainsi plus inclues dans l’évaluation du patrimoine taxable.

 

M.Mehraz
Responsable Patrimonial