Questions frequentes

Déjà détenteur d’un prêt auprès d’un établissement bancaire et vous vous demandez si vous aussi pouvez profiter des taux bas du moment ?

Deux solutions s’offrent à vous :

            1) Demander une renégociation du taux à votre banque actuelle.

            Et bien figurez-vous que vous pouvez à tout moment demander une renégociation de vos conditions de prêt, soumis bien sûr à l’appréciation de votre établissement prêteur.

            Si la suite est favorable, très souvent la banque vous demandera un effort commercial de votre part (ouverture livret d’épargne, assurance auto ou habitation, etc..) en contrepartie d’une révision de votre taux plus ou moins importante. Des frais d’avenants sont à prévoir variant entre plusieurs centaines d’euros et allant jusqu’à plusieurs milliers.

En cas de retour négatif de votre banque ou d’un retour insatisfaisant, ne paniquez pas, une autre solution s’offre à vous.

            2) Faire racheter son prêt avec les conditions favorables du moment.

            Votre banque a refusé de réviser votre taux d’intérêt ou bien le nouveau taux proposé n’est pas intéressant, vous pouvez toujours vous faire racheter par une autre banque avec cette fois ci les conditions très favorables du moment. Prévoir le paiement de frais de remboursements anticipés à votre banque d’origine.

Nous pouvons nous occuper de cela pour vous, consultez-nous pour connaître l’intérêt ou pas de votre cas.

Les banques vont être regardante sur la nature du contrat de travail et sur l’ancienneté du client dans son entreprise. Si vous êtes encore dans votre période d’essai stipulé dans votre contrat, il ne vous sera pas possible d’emprunter. Patienter quelques mois puis consultez nous pour la recherche d’un financement.

Le 2ème pilier peut être utilise dans les opérations d’acquisitions immobilières mais attention toutefois à l’objet du prêt. En effet, il peut servir uniquement à l’acquisition de la résidence principale et est exclue pour un investissement immobilier ou l’achat d’une résidence secondaire.

Attention également à bien prendre en compte l’imposition à la source qui va venir diminuer le montant versé pour votre opération. (environ 7%).

Pour toute demande de crédit à l’habitat, l’établissement prêteur a besoin d’avoir une garantie pour faire face à l’insolvabilité ou à la défaillance de l’emprunteur. Le choix de cette garantie dépendra notamment de la nature de l’opération et sera constitué très souvent par acte notarié.

On retrouve principalement l’hypothèque, le privilège de prêteurs de deniers (ou PPD), la caution par un organisme spécialisé ou bien encore le nantissement de placement.

Consultez-nous pour déterminer ensemble quelle garantie est la mieux adapté à votre projet.

Le prêt à taux zéro (PTZ) est un prêt dit aidé qui vous permet l’obtention, sous conditions de ressources, d’un prêt a 0% d’intérêts pour l’achat de votre résidence principale dans le neuf ou ancien avec des travaux. Vous ne payez en effet que le capital ainsi que la prime d’assurance emprunteur correspondant.

Le montant de ce prêt va dépendre de la zone où est située le logement et devra être complémentaire d’un ou plusieurs prêts et éventuellement d’un apport personnel. A savoir que seuls les primo-accédant sont éligibles à cet option.

Consultez-nous pour voir si vous êtes éligibles au Prêt à taux zéro ou non.

Le reste à vivre est un indicateur qu’utilisent les banques dans l’analyse du dossier de financement en complément du taux d’endettement pour l’octroi d’un prêt.

Il correspond à la somme restante après avoir déduit à l’ensemble des revenus toutes les charges fixes du foyer telles que le loyer, les charges courantes (eau, électricité, gaz etc..), les impôts, les pensions versées, les remboursements de crédits.

La somme restante correspond au reste à vivre qui ne doit pas être en deca de certaines références :

Très souvent le reste à vivre minimum est de :

            -800€ pour un célibataire,

            -1200€ pour un couple sans enfant (+ 300€/ personnes à charges )          

Consultez-nous pour déterminer ensemble votre reste à vivre et évaluez le potentiel de votre dossier.

Ce terme désigne une personne qui accède à la propriété de leur résidence principale pour la première fois. C’est une catégorie de client intéressante pour les banques car le potentiel derrière est immense (futur couple, compte pour les enfants …) tout reste à faire.

Petite nuance, vous pouvez être propriétaire de votre résidence secondaire et être considéré comme primo accédant. En effet, vous êtes considérés comme tel si vous êtes, par exemple, locataire et non propriétaire de votre résidence principale.

Etre primo accédant vous rendra éligible à différents prêts aidés notamment le fameux Prêt à Taux Zéro.

Consultez-nous pour déterminer si vous êtes éligibles ou non aux prêts aidés.

Lors de tout projet d’achat immobilier, il est important de se constituer en amont des fonds propres qu’on appelle communément « apport personnel. »

Cet apport peut provenir de votre épargne, d’une donation, ou bien encore de votre 2ème pilier ou 3ème,

Suivant les profils, il faudra apporter au moins les frais soit environ 10% du prix d’achat mais il est bon de savoir qu’un apport plus important vous permettra d’avoir accès à des taux plus compétitifs.

Consultez-nous pour optimiser ensemble le montant à injecter dans le projet.

La durée moyenne des prêts en France oscille entre 15 et 25 ans. Très logiquement, opter pour une durée plus longue pour un même projet permettra d’avoir une charge de prêt beaucoup plus faible mais soyez vigilant au coût final.

            En effet, pour une somme équivalente emprunté, allonger la durée du prêt se traduit par une hausse du taux d’intérêt et donc une hausse du coût total.

            En France, la banque protège l’emprunteur du surendettement en évaluant sa capacité financière qui, en général, ne doit pas dépasser 33% de ses revenus. Cette approche est ensuite adaptée au cas par cas en fonction du mode de vie et du profil du client. Le budget mensuel restant, ou reste à vivre après avoir payé les différents postes de charges (prêt consommation, prêt immobilier…) doit être suffisant pour subvenir aux autres besoins (loisirs, alimentations, etc.)

            Allonger la durée du prêt permet du coup d’emprunter en restant dans les ratios d’endettements et ainsi augmenter ses chances d’acceptation du dossier par la banque.

Notre avis : il vaut mieux profiter des taux bas et emprunter, suivant votre profil, sur une durée plus longue. Quand emprunter sur 25 ans en janvier 2014 vous coutait 4%, aujourd’hui cela vous couterait que 1,9%, soit un coût deux fois inférieur. En plus, vous vous retrouvez avec des mensualités moins lourdes et du coup un pouvoir d’achat plus important.

Consultez-nous pour avoir une analyse personnalisée et la préconisation de nos spécialistes.

Vous avez entendu parler autour de vous du prêt en devises ou prêt en CHF mais vous vous demandez si cela est intéressant pour vous ou pas ?

Eh bien oui, le prêt en CHF comporte des avantages certains :           

            -La suppression du risque de change

            En effet, en optant pour un prêt en devise, vous rembourserez à la banque vos mensualités directement en CHF sans passer par du change et ainsi vous gardez une meilleure maîtrise de votre budget puisque le montant reste le même chaque mois peu importe la fluctuation du taux.         

            -Un coût beaucoup plus faible

            Les taux d’intérêts des prêts en CHF sont pour une durée équivalente plus bas que pour un prêt en EUR.

Ainsi vous réalisez des économies en termes de coûts mais vous pouvez également emprunter un capital plus élevé.

Exemple :  Jean, frontalier célibataire, nous consulte pour connaître son budget.

 

Au vu des revenus, nous estimons sa capacité d’épargne à 1 500€ par mois.

Ci-dessous un tableau comparatif des deux prêts :

 

Prêt en EUR

Prêt en CHF

Taux moyen

1,7%

1%

Durée

240 mois

240 mois

Mensualité

1 500 €

1 500 €

Capital emprunté

305 003 €

326 162 €

Coût total

54 997 €

33 838 €

                           

                                                           ==> Gain : 21 159€ !!!

 

Avec le même effort mensuel, Jean peut emprunter 21 159€ de plus et du coup économiser la même somme sur son projet.

NB : Un risque de change subsiste néanmoins en cas de revente du bien, il convient donc d’analyser chaque cas avant de se lancer sur telle ou telle devise.

N’hésitez pas à demander une analyse personnalisée par nos spécialistes avant de vous lancer.

On retrouve parmi les principaux frais :

  • Les frais de notaire qui sont d’environ 2,5% dans le neuf et 7,5 dans l’ancien du prix d’acquisition
  • Les frais de garanties (environ 1,6% suivant le type de garanties)
  • Les frais de dossiers de la banque ( varient entre 300 et 2000€  suivant le dossier)

Consultez-nous pour établir votre plan de financement idéal et ainsi déterminer votre besoin réel.

Vous avez d'autres questions ?

Contactez nous